Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF)

Family Farming
News
Date 24 February 2014
FoodSovereignty

This post is also available in: Anglais, Espagnol

 

L’Assemblée générale des Nations Unies, lors de sa 66e session, a déclaré 2014 «Année internationale de l’agriculture familiale” (AIAF) et a invité la FAO à faciliter sa mise en œuvre en coopération avec les gouvernements, le système des Nations Unies et les organisations non gouvernementales concernées.

L’agriculture familiale (qui comprend toutes les activités agricoles axées sur la famille) est un moyen d’organiser l’agriculture, la foresterie, la pêche, la production pastorale et de l’aquaculture qui est géré et exploité par une famille et principalement dépendante sur le travail de la famille, y compris les femmes et les hommes. La famille et la ferme sont liés, co-évoluer et combinent les fonctions économiques, environnementales, sociales et culturelles.

L’agriculture familiale est l’une des formes les plus prédominantes de l’agriculture dans le monde entier, dans les deux pays en développement et développés. Diversité des contextes nationaux et régionaux, en termes de conditions agro-écologiques, des caractéristiques territoriales, la disponibilité de l’infrastructure (accès aux marchés, routes, etc.), l’environnement politique et les conditions démographiques, économiques, sociaux et culturels, les influences FF structures et fonctions, ainsi que les stratégies de subsistance.

Le secteur comprend un large éventail de tailles et de types agricoles. À une extrémité du spectre sont très grandes propriétés de plusieurs centaines d’hectares dans les pays à revenu élevé où les fermes peuvent être facilement cultivées par un ou deux membres de la famille à l’utilisation des machines économiques et main-d’œuvre salariée. À l’autre extrémité du spectre, dans les économies à faible revenu, FF se compose généralement de petites exploitations de quelques hectares ou moins, souvent orientée vers la subsistance à faible excédent commercialisable.

Le Comité International de Planification pour la Souveraineté Alimentaire, comme une plate-forme globale autonome, auto-organisé des mouvements sociaux et des réseaux de la société civile dans le monde entier représentant des centaines d’organisations et plus de 300 millions producteurs d’aliments à petite échelle aimeraient participer dans le AIAF en ligne avec son l’histoire et la légitimité, en proposant un prénom à ses événements: “paysanne [1] l’agriculture familiale paysanne”.

Les systèmes agricoles des paysans jouent un rôle décisif dans l’alimentation de la population mondiale, aux niveaux national et international. Dans le même temps, ils représentent 80 pour cent des personnes souffrant de la faim. Ils sont victimes de discrimination systématique et les violations des droits de l’homme. Le Groupe de travail sur la faim du Projet du Millénaire a révélé qu’environ 80 pour cent de la population mondiale souffrant de la faim vivent dans des zones rurales: environ 50 pour cent vivent dans de petits exploitants ménages agricoles rurales, tandis qu’un autre 22 pour cent sont l’agriculture ménages qui ne ont pas accès à la terre. Huit pour cent sont éleveurs, les pêcheurs et les habitants des forêts. Dans l’ensemble, 60 pour cent des personnes souffrant de faim chronique sont des femmes, et les femmes rurales sont particulièrement touchés.

Dans son étude, le Comité consultatif du HRC identifie cinq principales causes de la discrimination et la vulnérabilité des paysans: l’expropriation de leurs terres, les déplacements et les expulsions forcées; discrimination entre les sexes; absence de politiques de réforme et de développement rural agraire; l’absence de salaire minimum et les mesures de protection sociale, en particulier dans le contexte de la privatisation des ressources en terres et en eau; et de la répression et de la criminalisation des mouvements de défense des droits des personnes vivant dans les zones rurales.

Accès aux ressources productives est essentiel pour les paysans, et pour toutes les stratégies qui visent la lutte contre la faim et efficacement à la pauvreté dans le monde. Cependant, l’accès souvent précaire à la terre et d’autres ressources est actuellement menacée par une nouvelle vague dramatique de grands investissements fonciers à grande échelle. Bien que les détails précis sont difficiles à trouver, on estime qu’au moins 70 millions d’hectares de bonnes terres agricoles ont été transférés de paysans aux entreprises au cours des dernières années seulement, et tous les jours plus d’investisseurs se joindre à la ruée.

Les paysans du monde entier sont également confrontés à de plus en plus contraintes de la dégradation des ressources naturelles et le changement climatique. Les impacts écologiques de l’agriculture industrielle sont désastreux et vont de grande vulnérabilité aux effets du changement climatique et de fléaux; destruction de la biodiversité; salinisation et la perte de fertilité des sols; utilisation excessive de l’eau et la contamination des ressources en eau.

Selon le dernier rapport de la FAO sur l’état des terres et des ressources en eau dans le monde pour l’alimentation et l’agriculture, 25 pour cent des sols de la planète sont dégradés. En outre, l’agriculture industrielle est responsable de 13,5 pour cent des émissions de CO2. Comme mentionné précédemment, l’agriculture familiale paysanne représente une alternative durable pour accroître la production alimentaire.

Le Comité international de planification aimerait contribuer à l’Année internationale de l’agriculture familiale, l’introduction de la «paysan» libellé à la célébration afin de rappeler le rôle de millions de paysans inconnus, qui ont cultivé la terre et conserver la biodiversité agricole du monde pour les 12000 dernières années.

Le Comité International de Planification pour la Souveraineté Alimentaire souhaite contribuer à la célébration de l’Année internationale de l’agriculture familiale à travers de la publication d’une étude portant sur quatre expériences réussies de différentes régions qui démontrent l’efficacité de l’agriculture familiale paysanne, les résultats de son d’impact positif et qui sont stable à long terme, et qu’il offre une alternative viable à lutter contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté dans les zones rurales.

Le principal objectif de la publication est de documenter des exemples de paysanne et familiale durable et réussie agriculture pratiques agricoles sur toute la planète. Bien que les noms que nous utilisons peuvent varier considérablement d’un endroit à l’autre, l’IPC veut partager les expériences et les principes fondamentaux communs de l’agriculture paysanne véritablement durable, impliquant une combinaison de récupération et de revalorisation des méthodes agricoles traditionnelles de la famille paysanne et l’introduction de produits innovants pratiques écologiques.

Les quatre études d’histoires réussies de cas seront documentés par partenaires de l’IPC dans les régions concernées (Amérique latine, Afrique, Europe, Asie), identifier les meilleures pratiques de modèles familiaux et agro-écologiques dans l’agriculture au niveau local, avec une attention particulière sur les résultats positifs dans la promotion du développement agricole socialement équitable et écologiquement saine. Les recherches d’action porteront une attention particulière aux aspects relatifs à (i) la gestion durable des ressources environnementales, (ii) la gestion des systèmes de semences au niveau de la ferme afin de mieux comprendre les contraintes et les possibilités d’utilisation de variétés adaptées aux conditions locales et (iii) la valorisation des produits agricoles la biodiversité, dans le but de capitaliser les différentes expériences de la production agricole à petite échelle dans une approche participative et négociée au développement territorial.

Les études de cas fournissent des résultats à différents niveaux: (i) la description des contextes locaux et nationaux portant sur les aspects qui sont les plus pertinents pour cette étude; (Ii) l’implication et la motivation des acteurs locaux; (Iii) l’évaluation des besoins / ressources; (Iv) la collecte d’informations de base existantes en termes de connaissances, les réseaux et les perceptions existantes des modèles familiaux et agro-écologiques dans l’agriculture.

L’étude a été inspirée par quatre objectifs spécifiques, conformément à l’ordre du jour officiel de la AIAF, de diffuser le résultat positif de l’agriculture familiale paysanne dans le monde entier:

  1. a) contribution à l’élaboration de politiques publiques en faveur de l’agriculture paysanne (de construction et l’accès aux marchés, modèle de production, les systèmes alimentaires, les systèmes paysans de semences, etc.)
  2. b) valorisation des savoirs autochtones et traditionnels, les connaissances basées sur l’expérience et les meilleures pratiques d’échange et de sensibilisation du public;
  3. c) la génération d’une meilleure compréhension des besoins de l’agriculture familiale paysanne, potentiels et contraintes;
  4. d) la création de synergies entre les différents petits producteurs alimentaires à grande échelle pour la création de systèmes alimentaires “durables”

Les résultats de l’étude seront publiés par la FAO et présentés au cours des activités officielles de AIAF.

 

________________________________________

[1] paysans sont les femmes et les hommes, y compris les paysans sans terre, qui ont une relation directe avec la terre et la nature à travers la production de produits alimentaires et agricoles en travaillant la terre. Les paysans ont cultivé la biodiversité pour 12000 années, la sélection des semences et en adaptant leurs plantes aux conditions d’élevage spécifiques. Grâce à des milliers d’années de la gestion continue et l’innovation par les paysans, les quelques cultures et variétés initiales se sont transformées en une richesse inconcevable de la diversité des cultures. On estime que 7000 espèces de plantes ont été cultivées ou cueillies par les humains pour la nourriture, et le nombre estimé de variétés distinctes de chacune de ces cultures exceeds 100, 000.

Share this article