Media release about the IPC participation at the FAO Commission on Genetic Resources for Food and Agriculture

Communiqué de presse concernant la participation du CIP à la Commission des Ressources Génétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture de la FAO

Communiqué de presse : 27 février 2019

Le Groupe de Travail sur la Biodiversité Agricole du Comité International de Planification (CIP) pour la Souveraineté Alimentaire

réunis pour la 17ème session de la Commission des Ressources Génétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture de la FAO et le lancement de l’État de la biodiversité mondiale pour l’alimentation et l’agriculture

informe les peuples autochtones, les paysans, les paysannes, les pêcheurs artisanaux, les pasteurs, les organisations de la société civile et la communauté internationale


La biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture s’appauvrit aux niveaux génétiques, des espèces et des écosystèmes, et les gouvernements n’en font pas assez pour inverser les tendances négatives, selon le rapport récemment publié par la FAO sur l’état de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde. Ce n’est pas une surprise pour les pêcheurs artisanaux et les petits exploitants agricoles du monde entier, qui sont en première ligne dans la lutte contre les changements climatiques, la pollution et les effets néfastes de l’agriculture et de la pêche industrielle.

Le nouveau rapport, accueilli favorablement par les membres du groupe de travail sur la biodiversité du Comité international de planification pour la souveraineté alimentaire (CIP), décrit en détail les causes du déclin de la biodiversité dans le monde. Il constate que les changements dans l’utilisation et la gestion des terres, des eaux dus à l’agriculture industrielle, comme la déforestation généralisée pour faire place aux monocultures la plupart du temps destinées à nourrir les animaux des systèmes d’élevage intensif, sont les principales causes de cette perte. La pêche minotière est une pêche industrielle intensive destinée à alimenter les filières industrielles par des petits poissons pélagiques de faible valeur commerciale. Ces pratiques aggravent les effets de la surpêche des espèces d’intérêt commercial et menace la biodiversité aquatique. Les apports élevés de pesticides et d’engrais de synthèse et les pratiques de surpâturage et de surpêche ont entraîné une diminution supplémentaire de la biodiversité et contribuent largement aux effets des changements climatiques sur les écosystèmes menacées d’où une importante perte de la biodiversité.

Le rapport a recommandé aux gouvernements d’accentuer les efforts pour la protection de la biodiversité et arrêter sa perte. Pourtant, une semaine de réunion de la dix-septième session ordinaire de la Commission des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture de la FAO  avec des représentants des gouvernements du monde entier a laissé peu d’espoir aux membres du groupe de travail du CIP pour une réforme rapide de la part des plus grands pollueurs et exportateurs de produits agricoles du monde.

Nous vivons à une époque dominée par l’industrie, où le droit au profit n’est pas remis en question alors que le droit à la nourriture n’est pas garanti. Les pays développés ont défendu à maintes reprises les intérêts particuliers de l’industrie au cours des travaux de la Commission des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture.  Ils ont bloqué les discussions sur les informations relatives aux séquences numériques (DSI, alias “informations de séquences génétiques ” ou ” ressources génétiques dématérialisées “) qui permettent à l’industrie de breveter toutes les plantes, les animaux et les micro-organismes utilisés pour la production d’aliments et ont refusé de garantir les droits des petits agriculteurs et pêcheurs d’accéder et d’utiliser librement les ressources génétiques qu’ils ont eux-mêmes sélectionnées et conservées. Parallèlement, ils continuent à délivrer des brevets qui limitent les droits des agriculteurs sur les semences et les races animales, et leurs techniques de sélection et de modification génétique industrielles conduisent à un réservoir toujours plus restreint de diversité génétique pour l’alimentation et l’agriculture.

Alors que le rapport de la FAO et la documentation complémentaire de la Commission décrivent très clairement les ravages causés par les systèmes d’agriculture industrielle, il existe une approche du fait accompli face à l’essor de l’aquaculture – la pisciculture – qui imite nombre des pires pratiques de son homologue terrestre. La santé des océans, des lacs et des rivières du monde étant dangereusement menacée, nous avons besoin de la vision et de la prévoyance qui faisaient défaut lorsque les partisans de la Révolution verte nous ont menés dans la crise actuelle créée par l’industrialisation de l’agriculture.

Bien que la FAO comprend clairement les problèmes et les moyens d’aller de l’avant, de nombreux gouvernements – membres des comités – surtout de pays développés comme les États-Unis et le Canada sont réticents aux changements. Ils subventionnent les activités destructrices de l’agriculture industrielle et créent des cadres favorables à l’industrie tout en limitant les activités des petites exploitations agricoles et de la pêche de petite échelle.

Les membres du groupe de travail sur la biodiversité du CIP appellent tous les gouvernements à changer de politique et à promouvoir l’agroécologie paysanne, la pêche artisanale et les droits des agriculteurs, des pêcheurs et des peuples autochtones.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter :

  • Guy Kastler – ECVC (seeds, DSI and micro-organisms): guy.kastler@wanadoo.fr
  • Tammi Jonas – AFSA (livestock): president@afsa.org.au
  • Antonio González – MAELA (access and benefit sharing): atunkuljay@gmail.com
  • Yassine Skandrani – WFF (marine genetic resources): skandraniyassine@yahoo.fr

Les organisations, membres du Groupe de Travail du CIP sur la biodiversité agricole, qui ont participé à la CRGAA17, sont les signataires du communiqué de presse

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.