Biodiversité agricole

“Nous avons façonné la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture et elle nous façonne ; la souveraineté alimentaire et un environnement sain en dépendent.

La souveraineté alimentaire garantit que les droits d’utilisation et de gestion des terres, des territoires, des eaux, des semences, du bétail et de la biodiversité sont entre les mains de ceux d’entre nous qui produisent des aliments”

Déclaration de Nyéléni, 2007

    Biodiversité agricole

    À propos du Groupe de travail

    PRESENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL

    À Aiguillon (France), en septembre 2012, le CIP a formalisé un Groupe de travail sur la Biodiversité agricole[1], initialement axé sur les semences paysannes, y compris la mise en œuvre des Droits des agriculteurs, avec une supervision de toutes les questions et forums relatifs à la gouvernance de la biodiversité agricole. Depuis de nombreuses années, les membres du CIP sont impliqués dans ces questions de conservation, d’utilisation durable, de développement et de gouvernance de la biodiversité agricole, qui sous-tendent la souveraineté alimentaire.

    La biodiversité agricole continue d’être gravement menacée par la production industrielle de produits de base – au contraire de la production alimentaire à plus petite échelle et écologique qui l’améliore. La biodiversité agricole dépend des paysans et des paysannes, des éleveurs, des pêcheurs artisanaux, des habitants des forêts, des peuples autochtones et d’autres petits fournisseurs de nourriture, qui nourrissent le monde. L’un des défis consiste à faire en sorte que leurs voix dominent le discours.

    De nombreuses organisations membres du CIP à travers le monde sont impliquées dans le Groupe de travail du CIP sur la Biodiversité agricole. Au fil du temps, le Groupe de travail a commencé à traiter un plus large éventail de questions concernant la biodiversité agricole.

    [1] La biodiversité agricole est définie comme englobant la variété et la variabilité des espèces cultivées et ” sauvages ” – plantes, animaux et micro-organismes – qui sont nécessaires pour soutenir les fonctions clés de l’agroécosystème, sa structure et ses processus pour et à l’appui de la production alimentaire et de la souveraineté alimentaire. Il est principalement développé, dans des systèmes à plus petite échelle, par des paysans et des paysannes, des éleveurs, des pêcheurs artisanaux, des habitants des forêts, des peuples autochtones et d’autres petits fournisseurs de nourriture in situ, à la ferme, dans des champs et sur les écosystèmes aquatiques et marins, et a évolué conjointement avec ces derniers.

    COORDINATION

    Guy Kastler-LVC
    Guy Kastler
    La Via Campesina (LVC)
    France
    Marciano da Silva
    Marciano da Silva
    La Via Campesina (LVC)
    Brésil
    Antonio Gonzalez
    Antonio Gonzalez
    Movimiento Agroecológico
    de América Latina y el Caribe (MAELA)
    Guatemala

    FACILITATION

    Le Centro Internazionale Crocevia est l’ONG responasble de facilitation du Groupe de travail: contact avec les autres ONG, Gouvernements ou institutions; logistique, plaidoyer et lobbying a Rome.

    NOTRE TRAVAIL

    Le groupe de travail du CIP organise des réunions internes, des ateliers, des formations et des consultations sur différentes questions. Ces réunions sont fondamentales pour : renforcer les capacités des organisations de terrain ; recevoir des retours d’information du terrain ; sensibiliser aux questions et négociations mondiales ; renforcer les luttes aux niveaux national et régional ; faire entendre la voix des petits producteurs dans les espaces de décision ; renforcer les échanges entre agriculteurs du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest.

    PARTICIPATION AUX PROCESSUS D’ÉLABORATION DES POLITIQUES

    afin d’influences les décisions sur plusieurs thématiques au niveau régional et international

     

    > Le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (TIRPAA), en particulier l’article 6 (sur l’utilisation durable) et l’article 9 (sur les Droits des agriculteurs).

    > La Convention sur la diversité biologique (CDB) et ses protocoles : Protocole de Nagoya et Protocole de Cartagena.

    > La Commission sur les Ressources génétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture de la FAO.

    > Le Comité technique de l’Agriculture (COAG) de la FAO.

    > Le Comité sur la Sécurité Alimentaire Mondial (CSA).

    Nous, les humains, faisons partie de la biodiversité, de la diversité des êtres vivants.

    Thématiques principales

    > Les semences paysannes sont au cœur des préoccupations du Groupe de travail. Le CIP défend les droits collectifs, change les lois et les politiques discriminatoires, et développe de nouveaux cadres juridiques qui respectent et protègent les droits des agriculteurs à utiliser, conserver, échanger et vendre des semences, en remettant le contrôle de la biodiversité et des connaissances aux mains des paysans. Les politiques doivent valoriser les connaissances locales et donner l’occasion de partager les connaissances des paysans.

    > Nouvelles biotechnologies ou biologie synthétique. La Révolution Verte a proposé et propose de fausses solutions – telles que de nouvelles techniques d’élevage (aussi appelées “nouveaux OGM”) – qui visent à contrôler les moyens de production dans les mains des industries. Le Groupe de travail du CIP défend les droits des paysans de protéger le système de semences des agriculteurs contre les détournements (tels que les droits de propriété intellectuelle).

    > Numérisation (ou dématérialisation) des ressources génétiques. L’accès aux ressources génétiques des agriculteurs est facilité jour après jour, grâce au système d’accès ouvert à l’information sur les semences. Il ne s’agit pas d’une solution pour les agriculteurs ; elle ne profitera qu’aux industries et aux sélectionneurs ex situ en brevetant de nouvelles variétés issues du système des semences paysannes. Rien n’est négociable sans un système efficace de Consentement Préalable, donné Librement et en Connaissance de Cause (CPLCC) qui protège les peuples autochtones et les communautés paysannes.

    > Biodiversité en agroécologie (en collaboration avec le Groupe de travail du CIP sur l’Agroécologie). Le groupe de travail du CIP soutient une approche agroécologique de la production alimentaire. Les semences sont au cœur de l’agroécologie. Il n’y a pas d’agroécologie sans un système de semences paysannes garanti.

    > Biodiversité animale. Les risques pour la santé publique et les coûts des porcheries et des poulaillers intensifs sont considérables. La combinaison d’animaux génétiquement similaires dans des environnements de production malsains (avec l’utilisation excessive d’antimicrobiens qui en découle) est une pandémie mondiale en préparation. Les gouvernements devraient agir rapidement pour éliminer les obstacles auxquels se heurtent les petits éleveurs et les pasteurs, et cesser de subventionner l’élevage industriel qui détruit les écosystèmes à partir des gènes.

    > Ressources génétiques marines (en collaboration avec le Groupe de travail du CIP sur la Pêche). La pêche artisanale est confrontée à de nombreuses menaces : pratiques de pêche industrielles et destructrices, changement climatique, contamination de l’eau par l’exploitation minière, prolifération des espèces allochtones, développement des infrastructures, violence et persécution, pillage, privatisation et exclusion des ressources naturelles dont elle dépend. Les eaux douces et les lacs (comme Atitlan, Guatemala) sont affectés à des degrés divers par la pollution qui affecte la reproduction et provoque des mutations génétiques. Les pêcheuses, les jeunes et les peuples autochtones continuent d’être marginalisés et luttent pour participer de manière significative aux politiques de gestion durable des écosystèmes aquatiques et pour adapter leurs moyens d’existence et préserver leurs cultures et compétences traditionnelles, avec tous les impacts socio-économiques associés à ces perturbations majeures.

    > Ressources génétiques forestières. Les plantations ont causé des écocides dans de nombreux pays en polluant et en détournant des rivières, en détruisant des espèces marines et en dépossédant les communautés environnantes. Le rôle des systèmes alimentaires locaux, des petits producteurs et des approches agroécologiques dans la conservation des forêts doit être pris en compte, tout en assurant la sécurité alimentaire et la nutrition. Le Consentement Préalable, donné Librement et en Connaissance de Cause (CPLCC) doit également être respecté et appliqué comme la façon dont les communautés peuvent définir pour elles-mêmes les types de ” possibilités de subsistance ” qu’elles veulent.

    > Changement climatique. La biodiversité est essentielle pour un système alimentaire résilient et durable, et nous devons plus que jamais faire preuve de résilience pour faire face aux impacts du changement climatique. C’est aux gouvernements du monde entier qu’il appartient de faire le nécessaire pour rétablir cette résilience dans nos systèmes alimentaires et agricoles, en soutenant au mieux ceux qui ont toujours maintenu et continueront à maintenir et à développer la biodiversité – les peuples autochtones, les paysans, les petits agriculteurs et pêcheurs du monde.

    > Invertébrés et micro-organismes. Rééquilibrer les écosystèmes pour assurer la conservation et l’utilisation durable de la diversité des micro-organismes et des invertébrés plutôt que sur la production industrielle non durable de gènes et de micro-organismes qui ne sont qu’un pansement destiné à cacher temporairement une jambe de bois.

    IPC Agricultural Biodiversity Brochure
    Brochure du CIP sur la Biodiversité Agricole
    2017. Kediri (Indonesia). Asian and Pacific Consultation of the IPC on Farmers' Rights. Credits: Stefano Mori
    2017. Kediri (Indonesie). Consultation Asie-Pacifique du CIP sur les Droits des agriculteurs. Crédits : Stefano Mori
    IMG_3443
    2017. Kigali (Rwanda). Antonio Gonzales, du MAELA, prend la parole à la 7e session de l’Organe directeur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Crédits : Stefano Mori
    Créditos - Adilvane Spezia - MPA (120)
    2018. Consultation de l’Amérique latine et des Caraïbes sur les droits des agriculteurs. Crédits : Adilvane Spezia – MPA Comunicaçao
    tammiprosciutti
    2017. Australie. Tammi Jonas dans sa ferme agroécologique. Crédits: Tammi Jonas
    DSCF9968
    2018. Marzamemi (Sicile). Pêche artisanale. Crédits: Stefano Mori

    Événements et activités

    « décembre 2019 » loading...
    L M M J V S D
    25
    26
    27
    28
    29
    30
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    8
    9
    10
    11
    12
    13
    14
    15
    16
    17
    18
    19
    20
    21
    22
    23
    24
    25
    26
    27
    28
    29
    30
    31
    1
    2
    3
    4
    5
    lun 09

    Réunion du Comité de facilitation du CIP

    décembre 9 @ 08:00 - décembre 11 @ 17:00
    Pour en savoir plus

    Multimédia