La 35ème édition du Comité des pêches de la FAO (COFI) aura lieu du 5 au 9 septembre 2022 à Rome, en Italie. Il s’agit du plus important forum intergouvernemental mondial où les membres de la FAO se réunissent pour analyser et discuter des questions et des défis liés à la pêche et à l’aquaculture. Le CIP est reconnue comme observateur au COFI depuis longtemps et utilise cet espace depuis des années pour assurer la reconnaissance et la protection des droits des petit pêcheurs et des Peupulation Indigènes et c’est là qu’elle a obtenu ses plus grandes réalisations. En 2014, le Comité des pêches de l’ONU (COFI) a approuvé les lignes directrices sur les SSF en faisant entendre la voix de la société civile dans les négociations techniques, notamment le groupe de travail de la CIP sur les pêches, qui a mené près de 25 consultations nationales et régionales dans le monde entier.

Dans ce contexte, le groupe de travail de la CIP sur la pêche profitera du fait que la 35e édition du COFI se déroule en même temps que l’Année internationale de la pêche artisanale et de l’aquaculture (AIPA) pour célébrer les mouvements populaires de la pêche à petite échelle dans le monde entier.

Les 2 et 3 septembre, nous réunirons à Rome, juste avant le COFI, différents réseaux de pêcheurs, de peuples indigènes, de travailleurs et de jeunes de la pêche à petite échelle afin d’élaborer des points de vue communs sur des sujets cruciaux pour la survie et la dignité des peuples de la pêche à petite échelle.

Ce sera un moment crucial pour organiser et discuter de l’avenir de la pêche artisanale et de l’aquaculture dans un contexte de crise climatique, d’abus des entreprises et de perturbations dues aux pandémies. Nous sommes fermement convaincus que les marchés locaux, la production alimentaire à petite échelle et la promotion des droits humains et environnementaux doivent être au cœur de toute action réglementaire et politique. Nous avons besoin que les gouvernements et la communauté internationale reconnaissent le rôle unique des communautés de pêcheurs à petite échelle pour assurer l’utilisation durable des ressources et la reproduction de la biodiversité. Nous continuerons à nous opposer à la promotion de fausses solutions comme la “blue economy”, conçu pour que les multinationales restent maîtres du marché sans changer leur relation extractive avec les écosystèmes et les communautés locales.

Pour faire face à ces multiples défis, un rassemblement des mouvements sociaux de la pêche artisanale sera crucial et stratégique pour relancer un agenda global pour la Souveraineté Alimentaire pour les peuples des océans et des eaux intérieures.