DÉCLARATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE À LA CONFÉRENCE RÉGIONALE DE LA FAO 28 POUR L’AFRIQUE

DÉCLARATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE À LA CONFÉRENCE RÉGIONALE DE LA FAO 28 POUR L’AFRIQUE

Nous, Organisations de la société civile africaine composée des agriculteurs, des éleveurs / pasteurs, des pêcheurs artisanaux, des consommateurs, des ONG, des mouvements des droits humains, des femmes, des jeunes, des universitaires, des artisans, des populations autochtones pauvres en milieu urbain, nous nous sommes rencontré à Tunis les 21 et 22 Mars 2014 comme partie de la 28e Conférence régionale de la FAO pour l’Afrique, et après avoir discuté de la situation dans le développement agricole de l’Afrique, la sécurité alimentaire et la nutrition, les exploitations familiales, les ressources naturelles (terre, eau, pâturages, forêts, etc.), nous faisons les observations suivantes:

Les participants apprécient:

1- la mise en place du cadre stratégique de la FAO pour le partenariat avec la société civile. Ils apprécient les efforts de OPA et son membre UMNAGRI pour l’organisation de cette consultation qui a réuni des participants de 35 pays africains avec une représentation de 47% de femmes;

2- les efforts de la CSA à travers l’adoption des Directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers des terres, pêches et forêts;

3- les efforts de l’Union africaine, le NEPAD et les institutions d’intégration régionale pour maintenir et renforcer les processus participatifs et inclusifs dans la formulation et la mise en œuvre des politiques et programmes;

4- la mise en œuvre effective du fonds d’affectation spéciale a décidé lors de la 27e Conférence régionale de la FAO pour les activités des États. Encouragez les participants à poursuivre leurs efforts pour consolider ce contexte et en tenant compte des projets de jeunes de financement dans l’agriculture dans le portefeuille de ce fonds les projets admissibles;

Cependant, les participants ont noté:

1- faiblesse des cadres juridiques et réglementaires en Afrique pour soutenir des projets agricoles pour les jeunes;

2- insuffisante considération par les politiques foncières des besoins des groupes vulnérables comme les jeunes, les femmes, les peuples autochtones, etc. accès et de sécurité de la tenure.

3- incohérence dans les politiques, programmes et projets à différents niveaux (local, national, régional et continental), créant souvent de grandes lacunes dans leur mise en œuvre, de compromettre la réalisation de la sécurité alimentaire et la nutrition ainsi que les actions sur la réduction de la pauvreté dans les pays;

4- manque de communication entre les acteurs de la sécurité alimentaire pour la décentralisation de la FAO;

En outre, cette année 2014 a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 22 Décembre 2011 à New York comme l’Année internationale de l’agriculture familiale. Les participants ont noté:

1- faiblesse des investissements publics en faveur des exploitations familiales et cela se manifeste, entre autres, par le bilan mitigé des engagements de Maputo après 11 ans et la faible mise en œuvre du PDDAA;

2- défaillance des mécanismes de financement et des outils adaptés aux besoins et aux réalités des exploitations familiales;

3- orientation du financement de l’agriculture industrielle avec les partenariats public / privé ne est pas toujours un instrument approprié pour soutenir l’approche de l’agriculture familiale;

Pour tenir compte de ces résultats, qui ont fait l’objet de nos discussions pendant deux jours, nous demandons:

1- Concernant la jeunesse africaine en entrepreneuriat agricole et rural:

  1. Élaborer et adopter des politiques cohérentes qui favorisent l’intégration des jeunes dans l’agriculture au lieu de soutenir industrielles sources de terres agricoles des entreprises saisissant dans différents pays;
  2. Mettre en place dans tous les pays des mécanismes et des investissements adaptés à l’entreprenariat des jeunes dans le secteur agricole de financement, principalement établir dans chaque pays des fonds spéciaux pour des projets agricoles des jeunes;
  3. Mettre en place dans tous les pays suffisantes et des cadres et des mécanismes de formation professionnelle adaptée à l’agriculture et l’esprit d’entreprise de la jeunesse rurale qualité où ils ne existent pas et consolider ceux qui existent déjà.
  4. Développer un mécanisme inclusif de dialogue impliquant les gouvernements, les organisations de jeunesse et d’autres parties prenantes.

2- En ce qui concerne la situation de l’alimentation et l’agriculture et la mise en œuvre du PDDAA:

  1. Établir des cadres et des mécanismes inclusifs pour le suivi, l’évaluation et la capitalisation de tous les engagements en termes de politiques, programmes et projets publics;
  2. Mieux cibler des besoins de soutien aux exploitations familiales dans le cadre du PDDAA pour assurer leur modernisation et leur viabilité sur le long terme;
  3. Renforcer la protection des marchés agricoles et alimentaires pour appuyer le processus d’intégration régionale et continentale à travers la mise en œuvre de la libre circulation des personnes et des biens;
  4. Promouvoir des systèmes de gestion des risques agricoles et de l’assurance;

3- En ce qui concerne le CSA, les participants évaluent les divers rapports thématiques préparés par le SCF et profiter le dernier rapport spécial de l’ONU sur le droit à      l’alimentation, et:

  1. encourager les États à se engager dans des décisions de mise en œuvre des recommandations;
  2. demande que le processus de travail de la SFC est mise en œuvre à tous les niveaux des régions et des pays;
  3. exhorter les gouvernements à mettre en œuvre les Directives volontaires dans leur contexte national par la mise en œuvre des approches inclusives, y compris la création d’espaces de dialogue formelle impliquant toutes les parties prenantes avec une attention particulière aux petits producteurs et les jeunes entrepreneurs agricoles, le renforcement de la mise en œuvre de lignes directrices et le suivi et l’évaluation de tous actions entreprises;
  4. Exiger la responsabilité des États en ce qui concerne les investissements agricoles utiles et pertinentes en tenant compte de l’opinion des politiques agricoles déjà développés ou en développement;
  5. condamnons fermement l’accaparement des terres et la demande d’un moratoire sur la production de combustibles agro-industrielle sur le continent.

4- En ce qui concerne le processus de décentralisation de la FAO, tout en soutenant, les participants:

  1. recommande que le processus soit inclusif, transparent et cohérent;
  2. demande que les politiques et programmes des bureaux régionaux sont définis à travers un espace de dialogue avec tous les groupes d’acteurs;
  3. approuver la proposition de consolider les bureaux régionaux en deux entités, mais cela doit être accompagné par des mesures appropriées, y compris le renforcement des bureaux nationaux;
  4. croire que cette autonomisation nécessite une augmentation des ressources humaines et financières, y compris la nomination d’un point focal consacré à des partenariats avec la société civile dans tous les bureaux de pays de la FAO et le pouvoir de prise de décision améliorée de ces bureaux pour certaines activités;
  5. obligation aux États de communiquer régulièrement au sujet de la décentralisation de la FAO pour remédier aux faiblesses dans le temps.

5- En outre, les participants recommandent fortement:

  1. que la recherche agricole est financé par le secteur public comme une priorité et ils sont basés sur les connaissances locales;
  2. Les gouvernements et la FAO pour contribuer positivement aux initiatives prises par la société civile, y compris les organisations d’agriculteurs dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale en 2014;
  3. de soutenir le processus du Forum des femmes rurales africaines

6- Enfin, en ce qui concerne plus spécifiquement à la pêche, nous considérons que d’une vision commune et une approche de la pêche en Afrique aborderaient de nombreux défis transfrontières et des ressources marines et d’eau douce partagées, en particulier ceux consultée par les communautés de pêche à petite échelle. À cet égard, les participants:

  1. notent que l’Union africaine et le NEPAD sont actuellement occupés à mener un examen approfondi de la pêche sur le continent de développer un plan stratégique pour la pêche africaine à la prochaine Conférence des ministres africains de la pêche et de l’aquaculture;
  2. envie de faire participer activement les organisations de pêcheurs de tout le continent, dans le processus mentionné ci-dessus afin que leurs préoccupations soient intégrées dans ses résultats, et à rendre cette discussion plus significative et productive.

La Consultation des organisations de la société civile en Afrique (OSC):

  • soutient pleinement la FAO et de son orientation de gestion renouvelé sur l’éradication de la faim en étroite collaboration avec la société civile et d’autres acteurs non étatiques;
  • soutenir les transformations de la FAO qui ont été portés au cours des deux dernières années, sous la direction du général José Graziano da Silva;
  • accueillir l’occasion fournie par la FAO pour contribuer efficacement à la Conférence régionale et de participer pleinement aux activités de la FAO au niveau national, régional et international

Ainsi, les OSC accueil et encourager la FAO de continuer de la même manière pour les années à venir.

Nous, organisations de la société civile, sommes déterminés à poursuivre notre structuration pour relever les défis de la professionnalisation. En outre, nous sommes prêts à mener le plaidoyer et montre des citoyens pour atteindre nos demandes aux différents acteurs responsables à différents niveaux.

Fait à Tunis, le 22 Mars, 2014

Consultation avec les organisations de la société civile africaine dans le cadre de la 28e Conférence régionale pour l’Afrique.