La première école de jeunes activistes de pêche artisanale

Le 15 novembre 2021, Masifundise a accueilli sa toute première école de jeunes activistes de pêche artisanale à Durban, en Afrique du Sud. L’école a reçu la participation de 30 jeunes venant des communautés côtières du KwaZulu-Natal et du Cap-Oriental, ainsi que de dirigeants vétérans de Coastal Links.

Tout au long de la semaine, les participants ont exploré les différents défis auxquels la pêche artisanale est confrontée dans leurs communautés, tels que les coopératives non fonctionnelles, les restrictions imposées par les Aires Marines Protégées (AMP), l’exploitation minière et la privatisation des marchés.

Cette université d’été, qui s’inscrit dans le cadre du projet : « Assurer des droits sociaux-économiques et des conditions de travail décentes pour les pêcheurs artisanaux d’Afrique du Sud » (SERP), a été mise en œuvre en partenariat avec Crocevia, le Transnational Institute (TNI) et FIAN International.

L’objectif stratégique clé de Masifundise était de transmettre aux jeunes des communautés côtières de pêcheurs artisanaux, en particulier aux jeunes et aux femmes, en Afrique du Sud, les connaissances et les capacités nécessaires pour revendiquer, défendre et promouvoir la Souveraineté Alimentaire dans les communautés de pêcheurs artisanaux.

“L’idée derrière cette école d’été était de construire des relations avec les jeunes des communautés de pêcheurs et de créer un sentiment de camaraderie et de solidarité entre eux. En tant que Masifundise, nous voulions donner aux participants les moyens de donner un sens aux développements actuels de l’espace océanique et de comprendre qui sont les acteurs et les pouvoirs en jeu. Nous voulions aider les jeunes à voir une alternative pour leurs communautés et à renforcer leurs compétences en matière de leadership politique afin de se mobiliser et de s’organiser dans leurs communautés respectives”, explique Carmen Mannarino, Responsable de programme chez Masifundise.

Chaque session était structurée de manière à permettre une participation maximale, encourageant la participation par le biais de travaux de groupe, de jeux de rôle, d’exercices de lecture, de réflexion personnelle et d’autres outils pédagogiques populaires.

Les participants ont appris comment développer des stratégies pour engager les institutions de gouvernance et développer des outils analytiques et des cadres conceptuels, en utilisant les Directives sur la pêche artisanale comme un outil pour articuler un paradigme alternatif pour le développement durable, aligné avec les approches basées sur les droits de l’Homme.

Une partie du renforcement de leurs compétences de leadership politique pour mobiliser et organiser était notre session sur les outils qui peuvent être utilisés pour lutter contre les défis auxquels les jeunes sont confrontés dans le secteur de la pêche artisanale.

Pour cette session, les participants ont pris part à un exercice de jeu de rôle autour de la Mobilisation Politique. Ils ont été séparés en deux groupes et ont reçu des scénarios hypothétiques sur les menaces potentielles de l’Economie Bleue qui ont et pourraient infiltrer leurs communautés. Cet exercice a mis en évidence les différents moyens dont disposent les communautés pour faire face aux menaces actuelles, ainsi que les différents outils dont elles disposent pour les combattre. Ces outils comprenaient la Constitution sud-africaine, la Politique nationale de la pêche à petite échelle et les directives internationales sur la pêche à petite échelle.

Les vétérans de Coastal Links ont joué un rôle important en transmettant leur savoir historique et en décrivant la lutte pour les droits de pêche et la reconnaissance de la pêche artisanale comme secteur. Ces leaders ont également conseillé la jeune génération sur la façon de se mobiliser et de lutter pour leurs droits en tant que pêcheurs à petite échelle.

“Nous sommes très heureux du succès de l’université d’été pour les jeunes. Nous avons eu une excellente cohorte de jeunes qui se sont engagés activement et avaient une grande soif d’apprendre. Nous espérons continuer avec ces écoles afin de motiver les jeunes à devenir des leaders actifs et des agents du changement dans leurs communautés”, a déclaré Sibongiseni Gwebani de Masifundise.