Le CIP

    Le CIP

    Qui sommes-nous

    Le Comité international de planification pour la souveraineté alimentaire (CIP) est une plateforme mondiale autonome et auto-organisée de petits producteurs alimentaires et d’organisations de travailleurs ruraux et de mouvements sociaux/communautaires de base ayant pour mission de faire avancer le programme de souveraineté alimentaire aux niveaux mondial et régional.

    Plus de 6000 organisations et 300 millions de petits producteurs alimentaires s’auto-organisent à travers le CIP, partageant les principes et les 6 piliers de la souveraineté alimentaire tels que décrits dans la Déclaration de Nyeleni 2007 et le rapport de synthèse.

    Le CIP facilite le dialogue et le débat entre les acteurs de la société civile, les gouvernements et d’autres acteurs dans le domaine de la Sécurité alimentaire et de la nutrition, en créant un espace de discussion autonome des partis politiques, institutions, gouvernements et secteur privé.

    La légitimité du CIP repose sur la capacité d’exprimer les préoccupations et les luttes auxquelles une grande variété d’organisations de la société civile et de mouvements sociaux sont confrontés dans leur pratique quotidienne du plaidoyer aux niveaux local, sous-national, régional et mondial.

    Toutes les positions ou initiatives politiques conjointes doivent être signées par les organisations individuelles, et chaque participant ne peut parler qu’au nom de sa propre organisation, et non en tant que représentant d’un secteur, d’une zone géographique ou représentant le réseau dans son ensemble.

    Notre histoire

    Les origines du Comité international de planification pour la souveraineté alimentaire (CIP) sont enracinées dans la mobilisation des organisations de populations rurales du monde entier, s’organisant jusqu’au niveau mondial, en réaction aux impacts dévastateurs des politiques de libéralisation et d’ajustement structurel sur les moyens de subsistance et les sociétés rurales. Le Sommet mondial de l’alimentation (SMA) de la FAO, qui s’est tenu à Rome en novembre 1996, a été l’occasion pour ces organisations de commencer à réfléchir à une stratégie alternative commune pour renforcer leur capacité à influencer les politiques mondiales et à promouvoir la création de réseaux mondiaux.

    Depuis le Forum de la société civile tenu parallèlement au SMA en 1996 et sa formalisation en 2003, le CIP a joué un rôle fondamental dans la création d’alliances et de synergies entre différents mouvements et dans le dialogue avec les différents gouvernements et institutions. Elle a garanti la participation effective de milliers de représentants de petits producteurs alimentaires et d’organisations de peuples autochtones à de nombreux événements et forums cruciaux sur l’agriculture et les systèmes alimentaires dans le monde entier, où leur voix était auparavant absente.

    Cela a été possible grâce aux relations formelles et au travail conjoint entre le CIP et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cet accord a été officialisé dans un Echange de Lettres co-signé, établi pour la première fois en 2003 et récemment renouvelé en avril 2019, qui énonce les principes régissant les relations FAO-IPC. Il a défini un programme de travail dans quatre domaines prioritaires : le droit à l’alimentation, les approches agro-écologiques de la production alimentaire, l’accès local aux ressources naturelles et leur contrôle, et le commerce agricole et la Souveraineté alimentaire.

    La FAO a accepté de reconnaître et d’appliquer les principes d’autonomie et d’auto-organisation de la société civile et de prendre des mesures pour améliorer l’environnement institutionnel des relations avec la société civile, tandis que le CIP a reconnu sa responsabilité d’assurer une large ouverture aux organisations populaires et aux mouvements sociaux dans toutes les régions et de faciliter leur participation au dialogue politique.

    En s’appuyant sur cet accord au cours des dernières années, le CIP a renforcé ses activités au niveau régional et sa participation à des événements clés tels que le Sommet mondial de l’alimentation : cinq ans après (SMA: fyl) en 2002, et la Conférence internationale sur la réforme agraire et le développement rural (CIRADR) en 2006. En outre, le CIP participe activement aux consultations et conférences des OSC régionales de la FAO, au Conseil, à la Conférence et aux comités techniques. Plus précisément, le Comité des produits (CCP), le Comité des pêches (COFI), le Comité des forêts (COFO), le Comité de l’agriculture (COAG), le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CFS), et la Commission des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture (CGRFA). Le CIP participe aux processus du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (TIRPAA) et de la Convention sur la diversité biologique (CDB).

    En 2004, le CIP a apporté une contribution majeure à la formulation et à l’adoption par la Conférence de la FAO des Directives volontaires sur le droit à l’alimentation. En 2009, elle a également participé à toutes les négociations relatives à la réforme du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), afin d’impliquer toutes les parties concernées et de faciliter leur participation. Elle a joué un rôle de premier plan dans la reconnaissance des organisations de petits producteurs alimentaires et d’autres mouvements sociaux en tant qu’acteurs pertinents dans le travail et les décisions du CSA, et en leur fournissant un espace clair pour placer leurs intérêts et la souveraineté alimentaire au centre de l’agenda.

    En outre, le CIP a travaillé sur la proposition de création du Mécanisme de la société civile (MSC), l’organe représentatif des Organisations de la société civile (OSC) du CSA, comme instrument original pour garantir une participation efficace et organisée des OSC et des mouvements sociaux aux travaux du CSA. De plus, la CIP a joué un rôle de premier plan dans la négociation des Directives volontaires du CSA sur la gouvernance responsable de la tenure des terres, des pêches et des forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

    Depuis que le Mécanisme a commencé à travailler de manière indépendante, le CIP a décidé de redéfinir son propre espace de travail en dehors du CSA, principalement à la FAO, mais aussi dans d’autres institutions des Nations Unies et au niveau des territoires. Le CIP veut construire des espaces où les organisations sociales, et en particulier les organisations internationales et régionales de petits producteurs alimentaires, peuvent travailler ensemble à l’agenda de la souveraineté alimentaire et exercer une influence effective sur la mission de la FAO.

     

    Consultez le manuel du CIP pour plus d’informations sur l’histoire du CIP, son travail actuel et sa structure.

    Structure

    Pour les raisons susmentionnées, le CIP a commencé à se réorganiser au niveau régional, en établissant une distinction claire entre les rôles et responsabilités des organisations de petites producteurs alimentaires (qui décident des initiatives et des positions) et des ONG de soutien (qui jouent un rôle de soutien).

    Le CIP place les organisations de petits producteurs alimentaires et les mouvements sociaux en première ligne. En ce sens, leurs représentants composent le Comité de facilitation du CIP, qui a un rôle politique. Il est équilibré en termes de genre, de régions et de circonscriptions, et soutenu par le Secrétariat international du CIP, avec une équipe basée à Rome. Cela permet aux mouvements d’organiser le CIP comme un espace commun et de maintenir leur agenda au centre des initiatives du CIP.

    Au niveau régional, le CIP est représenté par les Comités régionaux de facilitation, et est actif au sein de : Afrique ; Asie et Pacifique ; Europe et Asie centrale ; Amérique latine et Caraïbes ; Proche-Orient et Afrique du Nord.

    Le CIP est actif par l’intermédiaire de Groupes de travail établis sur la base des priorités convenues par l’Assemblée générale :

    – Agroécologie :

    – Biodiversité agricole ;

    – Pêche ;

    – Peuples autochtones ;

    – Terre, eau, forêts et territoires ;

    Timeline

    2001

    January 13th

    Lorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet. orem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet

    January 13th

    Lorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet. orem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet

    January 13th

    Lorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet. orem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet
    1999

    January 13th

    Lorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet. orem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet
    2000

    January 13th

    Lorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet. orem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic ametorem ipsum dolor sic amet lorem ipsum dolor sic amet
    1996

    Organization of the Forum on Food Security in Rome.  Held in parallel with the World Food Summit, it provided an opportunity for NGOs and CSOs to meet and discuss issues related to food security and the right to land. As a result, the concept of food sovereignty was developed.

    1995

    A group of NGOs/CSOs initiate a participatory process involving civil society and social movements in all regions to develop a separate strategy on issues of food and agriculture.

    Participants

    Organisations participant au CIP au niveau international

    International Federation of Rural Adult Catholic Movement (FIMARC)

    HIC logo

    Hibitat International Coalition (HIC)

    IITC-Logo-new (1)

    International Indian Treaty Council (IITC)

    lvc logo

    La Via Campesina (LVC)

    mijarc2

    Mouvement International de la Jeunesse Agricole et Rurale Catholique (MIJARC)

    URGENCI – Réseau international pour l’Agriculture soutenue par les citoyens

    WAMIP

    World Alliance of Mobile Indigenous People (WAMIP)

    wff_big

    World Forum of Fish Harversters & Fish Workers (WFF)

    WFFP logo

    World Forum of Fishers People (WFFP)

    World March of Women

    Organisations travaillant dans les Processus régionaux du CIP

    afsaustralia3

    AFSA – Australian Food Sovereignty Alliance

    caoi

    Coordinadora Andina de Organizaciones Indígenas (CAOI)

    COPROFAM

     Coordinadora Andina de Organizaciones Indígenas, Coordinadora de Organizaciones de productores Familiares del MERCOSUR (COPROFAM)

    Enlaces Continentales Mujeres Indigena (ECMI)

    Movimiento Agroecologico de América Latina y el Caribe (MAELA)

    3f9b552755

    Plateforme Sous-Régionale des organisations Paysannes d’Afrique Central (PROPAC)

    ESXjtrjF_400x400

    Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA)

    US Food Sovereignty Alliance

    ONG de support

    Les ONG participent en tant que support actif aux mouvements socieux surmentionnés.

    Centro Internazionale Crocevia

    FIAN International

    Les Amis de la Terre International

    International Collective in Support of Fishworkers (ICSF)