Le KWDT influence la législation sur la pêche en Ouganda

Le 29 avril, le Katosi Women Development Trust (KWDT), membre du WFF et du groupe de travail sur la pêche de l’IPC, a rejoint d’autres partenaires pour influencer la législation sur la pêche en Ouganda. En collaboration avec FIAN Ouganda et le Network of Public Interest Lawyers (NETPIL), nous avons organisé une réunion avec les membres du Parlement des régions des lacs afin d’exprimer nos inquiétudes concernant le projet de loi sur la pêche et l’aquaculture de 2021, dans l’espoir qu’il aggrave la situation des pêcheurs en Ouganda.
La réunion de stratégie législative a rassemblé un total de 20 membres du parlement et 10 autres parties prenantes, y compris des hommes et des femmes de communautés de pêcheurs sélectionnées, pour partager leurs témoignages et exprimer leurs aspirations sur ce qu’ils aimeraient voir dans la loi réglementant la pêche.
Le 3 mai, deux jours après la réunion, le projet de loi a été déposé au parlement. Plusieurs de leurs recommandations ont été prises en compte et le projet de loi a été adopté avec des amendements incluant le retrait des militaires de la gestion des pêches et l’élimination de l’utilisation de la force raisonnable par les agents de sécurité dans la gestion des pêches.
Leur compromis a précédé l’usage excessif de la force par les militaires pour contrôler la pêche illégale en Ouganda depuis 2017, suite à une directive présidentielle. Cela a entraîné l’expulsion de plusieurs pêcheurs de leurs activités de pêche, parfois la fermeture de sites de débarquement et la destruction de biens et de vies.
Le KWDT continuera à se battre pour la cause de l’amélioration de la vie des pêcheurs afin d’améliorer leurs moyens de subsistance et de garantir une pêche durable.