Les petits pêcheurs négligés lors de la première réunion du sous-comité du COFI

La session inaugurale du Sous-Comité sur la Gestion des Pêches s’est déroulée virtuellement du 15 au 18 janvier 2024. Établi en 2022 par le Comité des pêches (COFI) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ce sous-comité a été créé pour faciliter des discussions approfondies sur la gestion des pêches, en accordant une attention particulière aux pêches à petite échelle (PPE).

Dès le début, le Comité international de planification pour la souveraineté alimentaire (CIP) s’est opposé au Sous-Comité, comme indiqué dans la déclaration du COFI 35: “Nous exprimons notre inquiétude selon laquelle un tel sous-comité pourrait ne pas aborder de manière adéquate les problèmes globaux liés à la pêche à petite échelle, qui vont au-delà de la simple gestion pour englober des aspects plus larges tels que le développement social, les droits de l’homme et les droits de propriété dans les pêches maritimes et intérieures.”

Sous la présidence de M. Stefán Ásmundsson, les premières sessions du Sous-Comité ont différé considérablement de l’expérience lors du dernier COFI 35, où des contraintes strictes de temps étaient imposées aux observateurs, allant jusqu’à leur exclusion en raison des limitations temporelles. En revanche, le président du Sous-Comité, dans ce cas, permet efficacement aux observateurs d’exprimer leurs opinions.

Bien que la première session du Sous-Comité se soit déroulée sans heurts, les discussions ultérieures ont validé les préoccupations du CIP. Les déclarations des gouvernements ont mis disproportionnellement l’accent sur la gestion des pêches, se concentrant sur les défis financiers, techniques et institutionnels. Cette focalisation étroite a négligé la nature holistique des pêches à petite échelle, étroitement liée à un mode de vie, à un patrimoine culturel et aux moyens de subsistance des communautés côtières et intérieures. Reconnaître cette perspective plus large est essentiel pour soutenir la vie, garantir les droits fondamentaux de l’homme et assurer la sécurité alimentaire de millions de personnes.

L’ordre du jour comprenait des discussions sur les points suivants:

  • Pratiques actuelles de gestion des pêches avec une attention particulière pour la pêche à petite échelle (Point 2)
  • Pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN) dans le contexte d’une gestion efficace des pêches (Point 3)
  • Intégration de la biodiversité dans la gestion des pêches (Point 4)
  • Changement climatique et gestion des pêches (Point 5)

En général, seulement quelques gouvernements ont reconnu et référencé les lignes directrices sur la pêche à petite échelle (SSF), soulignant l’impératif de plaider en faveur de leur mise en œuvre. Sans surprise, aucune mention n’a été faite du 10e anniversaire des lignes directrices sur les PPE, et une discussion centrée sur les personnes, plaçant les PPE au centre et s’appuyant sur une approche ascendante, était notablement absente.

En ce qui concerne l’élément crucial de l’ordre du jour n°2, axé sur les pratiques actuelles de gestion des pêches avec un accent sur la pêches artisanale, les lignes directrices sur les PPE étaient impliquées, bien que avec une mise en garde sur le potentiel de duplication et de conflits avec les lignes directrices sur la gestion des pêches en cours d’élaboration par la FAO. Certaines délégations ont souligné la nécessité de mieux clarifier ce que l’on entend par pêche à petite échelle et ce qui ne l’est pas.

En abordant le point 3, centré sur la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), le discours est revenu à une dimension plus technique et statistique. Les délégations gouvernementales ont salué la publication par la FAO de lignes directrices techniques sur les méthodologies et les indicateurs pour évaluer l’étendue et l’impact de la pêche INN. Les gouvernements ont appelé à un soutien accru de la FAO dans des domaines tels que l’Accord sur les mesures du ressort de l’État du port (PSMA), les systèmes du Marine Stewardship Council (MSC) et la collecte et l’analyse de données pour faciliter l’échange d’informations. De manière frappante, peu de participants ont souligné le rôle potentiel des pêches à petite échelle dans la lutte contre la pêche INN, un point souligné par le CIP dans sa déclaration.

Comme cela s’est produit lors du COFI35, le risque potentiel d’inclure certains types de PPE dans la pêche INN n’a pas été pris en compte par les gouvernements. Cela a suscité des inquiétudes pour le CIP, nous amenant à demander la reconnaissance des droits coutumiers et fonciers et des droits collectifs des communautés de PPE et des PI, en l’absence d’une définition nationale des pêches à petite échelle.

La discussion sur la biodiversité au sein du Sous-Comité était étroitement liée au Cadre de référence mondial sur la biodiversité Kunming-Montréal et à l’alignement avec la Stratégie de la FAO pour l’intégration de la biodiversité dans les secteurs agricoles. Les délégations gouvernementales ont résumé les actions clés entreprises au niveau national pour sauvegarder la biodiversité et atteindre les objectifs du Cadre mondial de la biodiversité (GBF). Certains gouvernements ont appelé à l’intégration des connaissances autochtones, traditionnelles et locales dans les plans de conservation et de protection de la biodiversité, mais les exemples de mise en œuvre au niveau national étaient limités.

Une fois de plus, le rôle inestimable des PPE et des peuples autochtones en tant que gardiens des mers côtières et des eaux intérieures a été négligé, aux côtés des effets néfastes potentiels causés par les plans de conservation au niveau national,

en particulier la manière dont l’économie bleue est un facteur significatif de perte de biodiversité et, par conséquent, d’impact sur le changement climatique.

La discussion conclusive portait sur le changement climatique et la gestion des pêches. Tous les gouvernements ont souligné l’importance des derniers accords de la COP et ont salué les efforts de la FAO pour s’aligner sur l’agenda international du changement climatique et intégrer le changement climatique dans la gestion des pêches. Le Sous-Comité a reconnu la vulnérabilité des pêcheurs artisans et des peuples autochtones au changement climatique, ainsi que le rôle vital des pêches dans la fourniture de solutions climatiques, appelant à une approche holistique pour relever ces défis. Mais une fois de plus, le Sous-Comité a manqué des occasions de discuter de la connexion complexe entre l’économie bleue et les impacts du changement climatique.

De plus, une occasion manquée a été de mettre en lumière comment divers projets de développement posent des menaces aux habitats naturels des pêches, comme la conversion de champs agricoles fertiles et de mangroves en fermes de crevettes, ou la participation à des activités minières dans les régions côtières et intérieures.

La prochaine session du Sous-Comité sur la Gestion des Pêches aura lieu en personne en 2026.

Les déclarations de l’IPC et d’autres délégations sont disponibles sur: https://www.fao.org/cofi/fish-management/statements/en

Le rapport final du premier Sous-Comité sur la Gestion des Pêches n’est toujours pas disponible en ligne.