Grande victoire pour les communautés de petits pêcheurs en Afrique du Sud!

Le 1er mars, la Haute Cour du Cap occidental, en Afrique du Sud, a interrompu les plans de prospection sismique marine pour l’acquisition de données par Searcher Seismic au large de la côte ouest de l’Afrique du Sud. Searcher Seismic a été reconnu coupable d’avoir violé le droit au consentement préalable, libre et éclairé et de ne pas avoir mis en place une évaluation adéquate de l’impact environnemental de ses activités.

Le verdict final souligne comment l’entreprise a mis en place un mécanisme systématique pour éviter de consulter les communautés et les organisations de PA et des populations indigènes et ne consulter que le secteur de la pêche commerciale à grande échelle. Comme indiqué dans le verdict, l’entreprise n’a pas considéré les communautés de PA et les populations indigènes comme dignes d’être consultées, niant ainsi leurs droits et négligeant les conséquences négatives potentielles que ses activités auraient pu avoir non seulement sur l’environnement marin mais aussi sur la sécurité alimentaire des personnes vivant dans la région.

Masifundise[1], membre du groupe de travail du CIP et du Secrétariat du Groupe Consultatif Régional Africain, était l’une des organisations locales luttant contre ces plans et, comme l’a déclaré Naseegh Jaffer, directeur de Masifundise :

“Nous sommes ravis de ce verdict. L’État de droit a une fois de plus pris la défense des petits pêcheurs. Le jugement d’aujourd’hui est une nouvelle confirmation de la reconnaissance des droits des communautés de pêcheurs en matière de moyens de subsistance, d’alimentation et d’accès. Les tribunaux ont clairement indiqué que ces droits doivent être préservés et protégés.”[2]

 

 

[1] Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel de Masifundise : https://www.masifundise.org/

[2] Source : https://www.masifundise.org/searcher-seismic-loses-bid-to-appeal-interdict-halting-seismic-blasting-in-the-west-coast/